Cas d’usage n°1 : Connaissances sur les chants rares

Cas d’usage n°1 : Connaissances sur les chants rares

Ce cas d’usage traite de plusieurs techniques de chants traditionnels en Europe faisant partie de la liste des Patrimoines immatériel en nécessité de sauvegarde urgente UNESCO Inventory of Intangible Cultural Heritage in need of urgent safeguarding.. Les chants sélectionné sont le "cantu in paghjella"de Corse (France), les chants pastoraux du "canto a tenore" de Sardaigne (Italie) et les Hymnes Byzantins (byzantine hymns du mont Athos (Grèce). Ces chants ont pour vocation à être interprété dans des contextes festifs, religieux, sociaux. Malgré tout, le nombre des pratiquants de ces chants sont en diminution. Notre étude inclue aussi une nouvelle technique vocale en expansion : le "human beat box" dans lequel le vocaliste imite des sons de percussions et d’éléments de batterie. Pour tous les styles susmentionnés, il n’existe actuellement pas ou peu de documentation, de connaissances ou de ressources et de matériaux pédagogiques. Révéler ces trésors cachés contribuera alors à l’amélioration des techniques d’apprentissages du chant et révélera ces chants rares à un public plus large.

1. La musique Byzantine est la musique que l’empire Byzantin composa avec des textes grecs […]. Des recherches ont prouvés que la musique byzantine tire ses racines de la musique grecque ancienne et n’est par contre pas sur la liste des patrimoines culturels immatériels en danger de UNESCO , courant ainsi le risque que certaines interprétations des hymnes byzantine disparaissent sans qu’aucune action de sauvegarde n’est été effectuée. 

Figure 1 : La musique Byzantine est une musique cérémonielle, de festival ou religieuse. 

 


2. Le "Cantu in paghjella" est un chant corse traditionnel faisant partie du programme de sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel immatériel [UNESCO as one of ICH treasures in need of urgent safeguarding.]. La Paghjella repose sur l’usage considérable de la réverbération et est chanté dans plusieurs langues dont le corse, le sarde, le latin et le grec. De tradition séculaire autant que liturgique, la Paghjella est pratiquée dans des contextes aussi bien festifs que religieux ou sociaux. La transmission se fait principalement par voie orale, passant par l’observation, l’écoute, l’imitation et l’immersion, et commence lors de l’éducation des jeunes garçons à l’office liturgique quotidien et se poursuit pendant l’adolescence dans les chœurs d’église. En dépit des efforts des professionnels pour revitaliser son répertoire, la Paghjella a petit à petit perdue en vitalité et s’est appauvrie à cause d’un fort déclin de la transmission intergénérationnelle due à l’émigration des jeunes générations. Si aucune action de sauvegarde rapidement n’est faite, la Paghjella cessera d’exister sous sa forme actuelle et ne survivra qu’en tant que produit touristique, dépourvu de ses liens avec la communauté qui lui donnent toute sa signification. 

Figure 2 : Le chant corse traditionnel a été classé par l’UNESCO comme trésor du patrimoine culturel immatériel ayant besoin d’un programme de sauvegarde d’urgence. Cliquez ici  pour voir la vidéo 

 


3. Cas similaire, le Canto a tenore  en Sardaigne a été inscrit en 2008 sur la liste représentative de Patrimoine culturel immatériel de l’humanité UNESCO. L’art vocal du Canto A Tenore est totalement intégré dans la vie quotidienne de la vie locale. Néanmoins, le Canto A Tenore est particulièrement vulnérable aux changements socio-économiques tels que le déclin de la culture pastorale et l’augmentation du tourisme en Sardaigne Les performances scéniques pour touristes tendent à affecter la diversité du répertoire et la manière intime dont cette musique se doit d’être exécutée dans son contexte originel. 

Figure 3 : Canto A  Tenore en Sardaigne a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Cliquer ici pour voir la vidéo sur youtube  

 


4. Notre étude inclura aussi un style de chant contemporain en pleine expansion : le HumanBeatBox, styles de chant dans lequel les sons de batterie et de percussions sont imités avec la voix. Le BeatBoxing est une forme de percussion vocale qui, originellement, consiste à créer des rythmes et des sons uniquement avec la bouche, les lèvres, la langue et la voix. On trouve aussi dans le BeatBoxing des parties chantées, des sons de scratch de platine, des imitations de cuivres, d’instrument à cordes et autres instruments de musique. La pratique du HumanBeatBox aujourd’hui est liée à la culture hip-hop mais ne se limite pas qu’à cela. Le terme de BeatBoxing est parfois utilisé pour parler de percussions vocales d’une manière générale.

 


Le but de ce cas d’usage est multiple :

  • Améliorer et enrichir les ressources de différents styles de chant pour divers PCI
  • Développer des méthodologies innovantes pour l’analyse multimodale de la voix et du geste basée sur l’état de l’art des capteurs des techniques de fusion de données.
  • Générer des connaissances relatives aux différents styles de chant et aux capacités de l’appareil vocal humain.
  • Développer de nouvelles méthodes d’enseignement et apprendre des techniques de chant particulières.